Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Cliquez sur l'image pour la voir en pleine page

2011 2010

Le chantier

Géométrie de mesure des bornes du maillage primaire sur et autour de la plateforme ITER. Crédit image : ITER Organization (Click to view larger version...)
Géométrie de mesure des bornes du maillage primaire sur et autour de la plateforme ITER. Crédit image : ITER Organization
Les activités de métrologie contribueront de façon décisive à la réussite des opérations d'assemblage du tokamak ITER. Des contrôles dimensionnels précis seront réalisés dès la phase de fabrication des composants, tout au long de la chaîne logistique et jusqu'à l'assemblage final sur le site.

Toutes les opérations de mesure exigent une base de référence fixe à partir de laquelle les mesures sont réalisées et calculées. Pour les « objets » de grande dimension, la base de référence se présente généralement sous la forme d'un maillage composé d'un ensemble de « cibles » et/ou de stations instrumentées dont la géométrie et la marge d'incertitude sont connues. Le maillage d'ITER couvrira l'ensemble du site, offrant une matrice de coordonnées globale pour l'alignement et le contrôle dimensionnel. Le degré de précision de chaque maillage varient selon les tâches d'alignement pour lesquelles il est conçu.

Le maillage primaire d'ITER a été mis en place et calibré en 2010. Il constitue aujourd'hui un système de référence fiable et précis pour la construction des bâtiments et pour la création ultérieure de maillages supplémentaires à l'intérieur même de ces bâtiments.

L'encombrement des différents chantier ne va cesser de croître à mesure que progresse l'assemblage de la machine. Face à cette contrainte, et aux strictes exigences d'alignement qui s'appliquent à la plupart des grands systèmes d'ITER, il sera nécessaire d'évaluer et de qualifier avec soin les procédures de métrologie.

Des systèmes métrologiques très divers interviendront au cours du montage de la machine ITER, notamment des systèmes de poursuite laser, des « stations totales » de télémétrie et des systèmes de photogrammétrie, qui seront couplés à des progiciels dédiés et à des plans de mesure adaptés aux exigences d'ITER.

Le volume de données qui sera généré tout au long du montage de la machine sera considérable. À titre d'exemple, l'assemblage des modules de couverture à l'intérieur de la chambre à vide implique le maillage d'environ 4 400 éléments, dont chacun devra être individualisé afin d'obtenir l'alignement requis.

Pour obtenir la meilleure configuration opérationnelle possible, on utilisera des algorithmes d'optimisation qui analyseront, à chaque étape de l'assemblage, la géométrie de « récolement » (la comparaison entre emplacement effectif et emplacement prévu) des différents éléments de la machine. Le cas échant, on modifiera les critères d'alignement. Ces opérations sont particulièrement importantes durant la phase de récolement de l'axe magnétique de la machine et l'alignement ultérieur des composants alignés sur celui-ci.

Pendant et après la phase d'assemblage, les procédures de métrologie garantiront la conformité dimensionnelle de la machine et de ses systèmes externes en vue de permettre le bon fonctionnement de la machine ITER.