Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Cliquez sur l'image pour la voir en pleine page

2014

Le chantier

Les ponts roulants d'ITER peuvent être utilisés simultanément afin de soulever des charges atteignant 1 500 tonnes ou fonctionner individuellement. Crédit image : ITER Organization. (Click to view larger version...)
Les ponts roulants d'ITER peuvent être utilisés simultanément afin de soulever des charges atteignant 1 500 tonnes ou fonctionner individuellement. Crédit image : ITER Organization.
Pour manœuvrer efficacement les centaines d'éléments du tokamak au moment de leur mise en place, des outils « sur mesure » extrêmement précis sont en cours de construction.

Le système de levage sera composé de deux ponts roulants indépendants montés sur des rails courant sur toute la longueur du Bâtiment Tokamak et du Bâtiment d'Assemblage. Ils formeront ainsi une travée continue longue de 175 mètres. Actionnés simultanément, les quatre palans principaux de 375 tonnes pourront soulever des charges atteignant 1 500 tonnes. Le solénoïde central, l'aimant situé au cœur de la machine, sera le plus haut des composants soulevés au cours des opérations de montage (18,2 mètres). La charge unitaire la plus lourde sera constituée par la base du cryostat, qui pèse 1 200 tonnes. Dans certains cas, il faudra manœuvrer avec une précision de 2 à 3 millimètres des composants de 20 mètres de hauteur et pesant des centaines de tonnes.

Un portique spécial, dit « de sous-assemblage », auquel chacun des neuf secteurs de la chambre à vide sera successivement accroché assurera l'installation des boucliers thermiques et fera pivoter les deux bobines de champ toroïdal de manière à les positionner. Haut de 22 mètres, cet outil de « sous-assemblage » pèsera 700 tonnes et pourra manipuler des charges cumulées de 1 250 tonnes. Cette procédure sera répétée à plusieurs reprises afin de produire neuf sous-ensembles qui seront ensuite transférés dans la fosse du tokamak pour l'assemblage final des secteurs de la chambre à vide. Deux outils de sous-assemblage fonctionneront simultanément (avec l'aide d'un outil de redressement) afin d'optimiser les opérations de montage.

Au total, 128 types d'outils spécifiques différents seront nécessaires pour assembler, soulever et manœuvrer vers leur emplacement définitif les composants monumentaux d'ITER. La capacité de charge de ces outils variera de 500 tonnes pour l'outil de redressement, qui fera pivoter les composants de la chambre à vide de l'horizontale à la verticale, à 1 500 tonnes pour les outils de levage lourds chargés de la manutention des secteurs sous-assemblés et de la dépose dans la fosse du tokamak en vue du montage final et des opérations de soudure. Ces opérations effectuées, le plus gros des outils spécialisés, l'outil d'assemblage dans la fosse, réunira les neuf secteurs (3 800 tonnes) afin d'aligner la structure de la chambre à vide.

Une fois réalisées les principales opérations d'assemblage et d'alignement de la chambre à vide, la deuxième phase de montage pourra débuter. Celle-ci consiste à installer les composants internes, en utilisant des dispositifs de télémanipulation spécialisés.