Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

Mag Archives

1 500 tonnes à bout de bras

1 500 tonnes, le poids de quatre Boeing 747 à pleine charge — ce sont des masses de cet ordre que le double pont roulant récemment mis en place dans le Hall d'assemblage d'ITER va devoir manipuler.

Le double pont roulant va jouer un rôle crucial aux deux extrêmes de la vie d'ITER — lors de la phase d'assemblage du tokamak dès 2019, et, à l'horizon du milieu du siècle voire plus tard, lorsqu'il s'agira de démanteler l'installation. (Click to view larger version...)
Le double pont roulant va jouer un rôle crucial aux deux extrêmes de la vie d'ITER — lors de la phase d'assemblage du tokamak dès 2019, et, à l'horizon du milieu du siècle voire plus tard, lorsqu'il s'agira de démanteler l'installation.
Pour installer à 43 mètres de hauteur les quatre poutres et leurs « chariots » motorisés, on a mobilisé une grue particulièrement puissante — un monstre sur chenilles, d'une capacité de levage de 1 000 tonnes positionné à l'extérieur du Hall d'assemblage, flèche tendue à la verticale du bâtiment, câbles et crochet passant par une ouverture ménagée dans le toit.

L'opération a duré dix jours, conjuguant force mécanique, haute technologie et savoir-faire artisanal — c'est en tirant sur des cordes que l'on s'assure du positionnement final, quasiment au millimètre près, de ces poutres longues de 47 mètres et pesant plus de 186 tonnes.

Spectacle impressionnant : un monstre sur chenille, flèche tendue à la verticale du Hall d'assemblage, câbles et crochet passant par une ouverture ménagée dans le toit. (Click to view larger version...)
Spectacle impressionnant : un monstre sur chenille, flèche tendue à la verticale du Hall d'assemblage, câbles et crochet passant par une ouverture ménagée dans le toit.
Le double pont roulant, dont les éléments ont été fabriqués par un consortium conduit par la société lyonnaise REEL, va jouer un rôle crucial aux deux extrêmes de la vie d'ITER — lors de la phase d'assemblage du tokamak dès 2019, et, à l'horizon du milieu du siècle voire plus tard, lorsqu'il s'agira de démanteler l'installation.

Spectacle impressionnant : un monstre sur chenille, flèche tendue à la verticale du Hall d'assemblage, câbles et crochet passant par une ouverture ménagée dans le toit. (Click to view larger version...)
Spectacle impressionnant : un monstre sur chenille, flèche tendue à la verticale du Hall d'assemblage, câbles et crochet passant par une ouverture ménagée dans le toit.
Sa capacité de levage lui permettra de manipuler les plus lourds des éléments de la machine, comme les différentes sections du cryostat, dont la plus lourde pèse 1 250 tonnes, ou les « pré-assemblages », comme les ensembles constitués d'un secteur de chambre à vide associé à deux bobines verticales (TF Coils), d'un poids total de l'ordre de 1 200 tonnes.

Quand le Bâtiment tokamak, qui jouxte le Hall d'Assemblage, aura atteint sa hauteur définitive (seuls les deux niveaux en sous-sol sont finalisés à ce jour) les rails du double pont roulant seront prolongés de quelque 80 mètres. Les pièces pourront ainsi être positionnées à la verticale de la fosse d'assemblage avant d'être intégrées au tokamak.