Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • In the heart of the Korean tokamak KSTAR, in operation since 2008, a plasma pulse burns brightly.  But don't be fooled—the brightest areas of the photo are in fact the coolest. At 150 million °C (the temperature in the centre), the plasma doesn't emit in the spectrum of visible light. © National Fusion Research Institute, Korea

    Chaud devant!

    Dans les profondeurs du Soleil, où les réactions de fusion prennent naissance, la température atteint 15 millions de degrés centigrades. Au cœur du plasma d'ITER, elle sera de l'ordre de 150 à 300 millions de degrés. [...]

    Read more

  • The number of visitors has been steadily increasing since 2007, with over 67,000 cumulative visitors to the site.

    Près de 15 000 visiteurs en 2013

    Près de 15 000 visiteurs ont été accueillis sur le site ITER en 2013. L'organisation de ces visites est assurée par ITER Organization (ITER Visit Team) et par l'Agence Iter France, cette dernière se consacrant particulièrement aux populations scolaires. [...]

    Read more

  • English—the official working language of the ITER Organization—is the native language of just 15 % of staff. But to truly understand one another, a common language is not sufficient.

    35 nations, 40 langues, quelle culture?

    Sur les rives de Durance, à mi-chemin d'Aix-en-Provence et de Manosque, une petite communauté s'est créée — un demi-millier de personnes, venues de 35 pays avec leur langue, leur culture, leurs habitudes de vie et leurs méthodes de travail. [...]

    Read more

  • The Tore Supra tokamak, at the French research centre CEA Cadarache, is undergoing a profound transformation to become a test bed for the ITER tungsten divertor.

    Ils se lèvent tous pour ITER

    Dans sa quête de l'énergie de fusion, ITER ne chemine pas seul. D'autres tokamaks, en Europe, aux Etats-Unis, en Corée, au Japon, travaillent en éclaireurs, balisant le terrain qu'ITER commencera à explorer dans moins de dix ans. [...]

    Read more

Mag Archives

Du béton tiède dans l'aube glacée

Pendant une dizaine d'heures, deux énormes pompes ont déversé dans le ferraillage un flot continu de béton : 800 mètres-cubes pour un plot de quelque 500 mètres-carrés. (Click to view larger version...)
Pendant une dizaine d'heures, deux énormes pompes ont déversé dans le ferraillage un flot continu de béton : 800 mètres-cubes pour un plot de quelque 500 mètres-carrés.
Bien avant l'aube, le 11 décembre dernier, les premiers mètres-cubes de béton ont été coulés sur la dalle du Complexe Tokamak (« B2 slab »).

Sur un chantier ordinaire, l'opération aurait été banale. Ici, elle revêtait une grande importance symbolique : ce qui prenait forme dans le froid mordant, sous la lumière crue des projecteurs du chantier, c'était le « plancher », d'une épaisseur de 1,5 mètres, sur lequel reposeront les 360 000 tonnes du Complexe Tokamak — le cœur même de l'installation ITER.

Pendant une dizaine d'heures, deux énormes pompes ont déversé dans le ferraillage un flot continu de béton : 800 mètres-cubes pour un plot de quelque 500 mètres-carrés.

« Le béton que nous utilisons n'est pas un béton ordinaire, explique Laurent Patisson, responsable des bâtiments nucléaires au sein d'ITER Organization. Il doit répondre à des exigences très rigoureuses en termes de stabilité, d'imperméabilité et de confinement des gaz. »

Aussi le traite-t-on avec de grands égards : réchauffé au sortir de la centrale pour éviter le gel, on le recouvre, une fois coulé, par d'épaisses bâches de plastique sous lesquelles de gros ventilateurs soufflent un air chaud qui régule le processus de séchage.

L'opération du 11 décembre s'est renouvelée le 22 janvier et le 13 février : deux nouveaux plots, d'une surface équivalente, ont été coulés finalisant ainsi la partie du radier qui supportera le Bâtiment diagnostics.

La dalle a été divisée en 15 plots de taille à peu près égale, qui seront successivement coulés d'ici la fin de l'été : au total, près de 15 000 mètres cubes de béton qui viendront enserrer les 4 000 tonnes de son armature d'acier.