Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • Just before entering the narrow Canal de Caronte, which connects the Mediterranean to the inland sea Étang de Berre, the barge passes the old Fort de Bouc lighthouse.

    Et vogue le convoi...

    Au mois de septembre dernier, un premier «convoi-test», reproduisant les conditions de transport des pièces du Tokamak, avait permis de mesurer la résistance des ouvrages d'art qui jalonnent les 104 kilomètres de «l'ItinéraireITER», entre l'Etang de Berre et le site de Saint-Paul-lez-Durance. [...]

    Read more

  • From left to right: Mark Oliphant (1901-2000); Lyman Spitzer (1914-1997); Arthur Eddington (1882-1944); Hans Bethe (1906-2005); and Ernest Rutherford (1871-1937).

    Qui a « inventé » la fusion ?

    Les visiteurs, que l'on accueille par milliers sur le site d'ITER, posent souvent cette question: «Qui a découvert (ou inventé) la fusion?» [...]

    Read more

  • Dedicated to "Man's Achievement on a Shrinking Globe in an Expanding Universe," the 1964 New York World's Fair opened on 22 April in Flushing Meadows. One of its most spectacular attractions was General Electric's Progressland where the Fusion Demonstration was performed non-stop.

    Quand la fusion était (presque) là

    En 1964, il y a tout juste 50 ans, l'avenir avait des airs de science-fiction. La France et le Royaume-Uni lançaient le programme Concorde, les Américains préparaient les premières missions lunaireset la première greffe d'un cœur (de chimpanzé) était réalisée sur un être humain. [...]

    Read more

  • DEMO is the machine that will bring fusion energy research to the threshold of a prototype fusion reactor. After ITER—the machine that will demonstrate the technological and scientific feasibility of fusion energy—DEMO will open the way to its industrial and commercial exploitation.

    ITER, et après ?

    Dans le monde de la fusion, les programmes de recherche ne se succèdent pas, ils se chevauchent. On réfléchissait déjà à ce que pourrait être ITER (sous le nom d'INTOR) lorsque le JET européen était en chantier au début des années 1980; on s'attelle aujourd'hui à la conception de DEMO,alors qu'ITER commence tout juste à sortir de terre. [...]

    Read more

Mag Archives

L'art de tisser l'acier

-R.A.

Au total, 4 000 tonnes d'acier forment le squelette du « plancher » de béton qui portera la masse (360 000 tonnes) du Complexe Tokamak. C'est dans la partie centrale, sur laquelle reposera la machine, que l'agencement des barres d'acier est le plus complexe. (Click to view larger version...)
Au total, 4 000 tonnes d'acier forment le squelette du « plancher » de béton qui portera la masse (360 000 tonnes) du Complexe Tokamak. C'est dans la partie centrale, sur laquelle reposera la machine, que l'agencement des barres d'acier est le plus complexe.
Au centre de la fosse du tokamak, le ferraillage dessine un vaste cercle, tissé de barres d'acier de 40 millimètres de diamètre. Une fois le béton coulé, cette structure complexe, étagée sur 16 niveaux, supportera toute la masse de la machine.

Au total, 4 000 tonnes de barres d'acier doivent être précisément agencées de manière à ce que les efforts, en situation normale comme en situation accidentelle, se répartissent de la manière la plus homogène possible.

Les plans qui guident les gestes des ouvriers, barre après barre, niveau après niveau, sont l'aboutissement de centaines d'heures de calculs, de modélisations et de simulations.

Tout commence avec des questions simples : quels bâtiments, quels équipements, les éléments de structure doivent-ils porter ? Quel est leur poids ? Quelles fonctions de sûreté — confinement, radioprotection, résistance aux séismes — doivent-ils assurer ?

Mais le poids n'est pas tout. Il y a les « forces » auxquelles bâtiments et équipements vont être soumis pendant la phase d'exploitation de la machine. Le cryostat (le réfrigérateur géant qui enveloppe la machine) se contracte et se dilate ; le tokamak lui-même peut être soumis à des mouvements verticaux ; les champs magnétiques génèrent d'énormes contraintes mécaniques ; un séisme peut survenir...

Quelle que soit la densité du ferraillage, un accès doit être ménagé pour les embouts des pompes à béton et pour les ''vibreurs'' qui homogénisent sa diffusion dans l'entrelacs des barres d'acier. (Click to view larger version...)
Quelle que soit la densité du ferraillage, un accès doit être ménagé pour les embouts des pompes à béton et pour les ''vibreurs'' qui homogénisent sa diffusion dans l'entrelacs des barres d'acier.
Dans un bâtiment conventionnel, ces forces se mesurent en décanewtons. Dans le Complexe Tokamak c'est le méganewton (100 000 décanewtons) qui règne — l'unité de force qui correspond à une accélération d'un mètre par seconde appliquée à une masse de mille tonnes...chaque seconde.

L'ensemble de ces données, augmentées de provisions de sécurité, passe alors au filtre des codes de calcul. « Le code va nous dire : pour répondre à ces contraintes, il faut telle quantité d'acier par mètre linéaire de béton, explique Laurent Patisson, responsable des bâtiments nucléaires au sein d'ITER Organization. Mais il ne nous dira rien de la manière dont le ferraillage doit être agencé. »

Entrent alors en scène les « ingénieurs calcul », spécialisés dans l'analyse structurelle, qui interprètent les données brutes des codes et les traduisent en schémas de construction tridimensionnels. Les « projeteurs » leur succèdent, affinant encore le design du ferraillage avant que l'entreprise sous-traitante ne le traduise en un « plan d'exécution » compatible avec sa propre méthodologie.

« Il faut que tout cela demeure 'constructible', poursuit Laurent Patisson, c'est-à-dire que, quelle que soit la densité et la complexité de l'agencement des barres d'acier, il faut disposer d'espaces suffisants pour insérer le tuyau de la pompe à béton et les aiguilles des vibreurs... »

Barre après barre, lit après lit... les plans détaillés qui guident les gestes des ouvriers sont le fruit de centaines d'heures de calcul, de modélisations et de simulations. (Click to view larger version...)
Barre après barre, lit après lit... les plans détaillés qui guident les gestes des ouvriers sont le fruit de centaines d'heures de calcul, de modélisations et de simulations.
Pour s'en assurer, les plans et les modélisations ne suffisent pas. On a donc construit, à proximité de la fosse du tokamak, une maquette à échelle 1 :1, sur laquelle on teste à la fois l'agencement du ferraillage et la faisabilité du coulage du béton.

Cette procédure longue, complexe, d'une rigueur extrême, contrôlée à chacune de ses étapes par l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), garantit que, même dans les situations les plus extrêmes (accident, séisme), le confinement de l'installation sera préservé — ce qui constitue, pour la sécurité des populations riveraines, la meilleure assurance.