Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • ITER Members are involved broadly in the in-kind procurement for ITER, sharing responsibility for the fabrication of components and systems. Participating in ITER also means reinforcing the scientific, technological and industrial base in fusion back at home. (Note: not all components and contributions could be reproduced here.)

    Le plus grand Meccano du monde

    Lorsqu'on les compare au tokamak ITER, une navette spatiale, un porte-avions, un sous-marin nucléaire, sont des «objets» relativement simples. Leur technologie [...]

    Read more

  • Face au public

    Parce qu'ITER est à la fois une organisation internationale et une installation nucléaire; parce que les travaux de construction sont réalisés dans le cadre d' [...]

    Read more

  • The concrete employed at ITER plays a double role—guaranteeing structural integrity as well as nuclear safety. Whether its formulation is ordinary or exceptional, the concrete is the object of control and verification at each stage of its elaboration and implementation.

    A chaque fonction son béton

    Des cailloux, du sable, un liant, de l'eau, parfois un additif...à première vue, rien de plus simple qu'un béton. Mais nous sommes à ITER où tout obéit à des n [...]

    Read more

  • The European tokamak JET, enhanced with an ITER-like wall and divertor, is getting ready to renew experiments with a 50-50 mix of deuterium and tritium.

    L'heure du « T »

    Tous les jours, dans l'un ou l'autre des tokamaks en activité dans le monde, on crée des plasmas que l'on chauffe à des températures de plusieurs dizaines, voi [...]

    Read more

Mag Archives

Barroso : « Fier d'avoir misé sur ITER »

Le futur de l'Europe, estime José Manuel Barroso « est dans la science et dans l'innovation. » Le 11 juillet, le président de la Commission est venu sur le site ITER réaffirmer son soutien au programme. (Click to view larger version...)
Le futur de l'Europe, estime José Manuel Barroso « est dans la science et dans l'innovation. » Le 11 juillet, le président de la Commission est venu sur le site ITER réaffirmer son soutien au programme.
Sur la photo officielle de la signature de l'Accord ITER, au palais de l'Elysée le 21 novembre 2006, il occupait la place d'honneur, à la droite du président Chirac.

C'est en évoquant ce moment que José Manuel Barroso, qui achève au mois d'octobre son deuxième mandat à la tête de la Commission européenne, a entamé sa visite du site d'ITER le 11 juillet dernier.

« Aux côtés du président Chirac, se souvient-il, j'ai beaucoup travaillé pour qu'ITER soit construit ici. Huit ans plus tard, la Commission européenne est fière d'avoir misé sur ITER. »

La visite du président de la Commission s'inscrivait dans une tournée européenne des grands projets « stratégiques pour la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique. »

Elle intervenait à un moment crucial dans l'avancement du chantier, au lendemain des premières opérations de coulage du béton dans la partie centrale du Complexe Tokamak.

Accompagné de Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, le président de la Commission a réaffirmé le soutien de l'Europe à ITER — « parce que le futur de l'Europe est dans la science et dans l'innovation » et parce que la réalisation du programme « offre une opportunité unique à nos industries. »

Sur un ton plus léger, il a noté un parallèle entre sa fonction et celle du directeur général d'ITER Organization, Osamu Motojima. « Je dois coordonner l'action de 28 pays, vous, de 35. Je sais que ce n'est pas facile tous les jours... »