Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • ITER Members are involved broadly in the in-kind procurement for ITER, sharing responsibility for the fabrication of components and systems. Participating in ITER also means reinforcing the scientific, technological and industrial base in fusion back at home. (Note: not all components and contributions could be reproduced here.)

    Le plus grand Meccano du monde

    Lorsqu'on les compare au tokamak ITER, une navette spatiale, un porte-avions, un sous-marin nucléaire, sont des «objets» relativement simples. Leur technologie [...]

    Read more

  • José Manuel Barroso, the President of the European Commission,  is convinced that the future of Europe is in science and innovation. On 11 July 2014, he visited ITER to reaffirm Europe's commitment to ITER.

    Barroso : « Fier d'avoir misé sur ITER »

    Sur la photo officielle de la signature de l'Accord ITER, au palais de l'Elysée le 21 novembre 2006, il occupait la place d'honneur, à la droite du président C [...]

    Read more

  • The concrete employed at ITER plays a double role—guaranteeing structural integrity as well as nuclear safety. Whether its formulation is ordinary or exceptional, the concrete is the object of control and verification at each stage of its elaboration and implementation.

    A chaque fonction son béton

    Des cailloux, du sable, un liant, de l'eau, parfois un additif...à première vue, rien de plus simple qu'un béton. Mais nous sommes à ITER où tout obéit à des n [...]

    Read more

  • The European tokamak JET, enhanced with an ITER-like wall and divertor, is getting ready to renew experiments with a 50-50 mix of deuterium and tritium.

    L'heure du « T »

    Tous les jours, dans l'un ou l'autre des tokamaks en activité dans le monde, on crée des plasmas que l'on chauffe à des températures de plusieurs dizaines, voi [...]

    Read more

Mag Archives

Face au public

-R.A.

Tous les ans, la Commission locale d'information (CLI), avec laquelle ITER Organization entretient des rapports constants, organise une réunion publique qui rassemble tous les acteurs impliqués dans le programme ITER. (Click to view larger version...)
Tous les ans, la Commission locale d'information (CLI), avec laquelle ITER Organization entretient des rapports constants, organise une réunion publique qui rassemble tous les acteurs impliqués dans le programme ITER.
Parce qu'ITER est à la fois une organisation internationale et une installation nucléaire ; parce que les travaux de construction sont réalisés dans le cadre d'un « chantier clos et indépendant », l'accès au site est soumis à une réglementation rigoureuse.

Ce qui ne signifie pas qu'ITER est « fermé au public ». Bien au contraire, les visiteurs y sont chaque année plus nombreux (plus de 15 000 en 2013).

Tous les ans en outre, la Commission locale d'information (CLI), avec laquelle ITER Organization entretient des rapports constants, organise une réunion publique qui rassemble tous les acteurs impliqués dans le programme : ITER Organization bien sûr, mais également les représentants de l'agence européenne Fusion for Energy, responsable de la construction de l'installation ; de l'Agence Iter France, interface entre ITER et le pays qui l'accueille, ainsi que des différentes entités publiques (Préfecture, Urssaf, Inspection du Travail, etc.) concernées par la mise en œuvre d'ITER en France.

Ces réunions, souvent passionnées, permettent de répondre aux interrogations du publics sur des thématiques telles que les perspectives d'emploi sur le chantier, l'accueil et le transport des travailleurs, l'impact économique, etc.

Ces questions étaient, cette année encore, au cœur de la réunion qui s'est tenue le 1er juillet dans la salle des fêtes du village de Vinon-sur-Verdon, à trois kilomètres à peine du site d'ITER.

L'emploi ? Depuis que la construction est entrée dans sa phase active, il y a tout juste quatre ans, plus de 2 500 personnes (dont 70% de Français), salariées de 97 sociétés différentes (françaises pour 81% d'entre elles) ont travaillé à la construction d'ITER.

Comme l'année dernière, les questions sur l'emploi, l'hébergement et le transport des travailleurs attendus sur le site, les conditions de travail sur le chantier, étaient au cœur de la réunion publique organisée le 1er juillet dans la salle des fêtes du village de Vinon-sur-Verdon, à trois kilomètres à peine du site d'ITER.<br /><br /> (Click to view larger version...)
Comme l'année dernière, les questions sur l'emploi, l'hébergement et le transport des travailleurs attendus sur le site, les conditions de travail sur le chantier, étaient au cœur de la réunion publique organisée le 1er juillet dans la salle des fêtes du village de Vinon-sur-Verdon, à trois kilomètres à peine du site d'ITER.

Alors que, jusqu'ici 250 à 300 travailleurs étaient présents quotidiennement sur le chantier, ce nombre, dans les années qui viennent, est appelé à augmenter de manière spectaculaire.

Avec la phase de construction qui s'ouvre aujourd'hui (16 nouveaux bâtiments sont programmés) le nombre d'ouvriers, de techniciens et d'ingénieurs requis par les travaux va progressivement passer à 2 000.

A partir du troisième trimestre 2015, le personnel chargé de l'assemblage de la machine connaîtra une progression similaire, quoique décalée dans le temps : 1 500 personnes devraient être affectées à ces tâches entre le début de l'année 2018 et la fin de l'année 2020.

Au total, un pic de 3 000 à 3 500 travailleurs devrait être atteint à la fin de l'année 2017.

Ce formidable besoin de main d'œuvre bénéficiera-t-il aux entreprises et aux populations locales ? « Du côté des pouvoirs publics et de Pôle Emploi, la mobilisation est générale, expliquait au public de Vinon le Secrétaire général pour les affaires régionales (SGAR). Selon nos estimations, la moitié au moins de ces besoins devraient pouvoir être comblés par des entreprises locales recrutant localement — à condition toutefois que les compétences soient en adéquation avec les besoins. »

Reste, si cette estimation se vérifie, qu'il faudrait accueillir, et loger un gros millier de personnes dans les villes et villages proches d'ITER. Au public, que cette perspective préoccupe, Jérôme Paméla, directeur de l'Agence Iter France, a expliqué que des solutions d'hébergement avaient déjà été trouvées pour la première vague de travailleurs déplacés (250 personnes), attendue sur le site fin 2014, début 2015.

Quant aux arrivées ultérieures, les projets en cours, mis sur pied en collaboration avec les municipalités et certaines structures privées proches du site, « devraient couvrir les besoins. »

Par ailleurs, la création de deux grandes aires de stationnement (au sud et nord du site) et la mise en place d'un système de navettes, combinées à un étalement des heures de travail, devraient éviter l'engorgement du réseau routier local.

Quant à la question récurrente sur les conditions de travail, la réunion de Vinon lui a apportée une réponse claire : en dépit du statut international d'ITER Organisation, ce sont les règles de droit françaises et européennes qui s'appliqueront (comme elles s'appliquent déjà) à chaque travailleur du chantier quelle que soit sa nationalité et celle de l'entreprise qui l'emploie.