Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • Cross-section of a niobium-tin "billet" produced in Korea for ITER's toroidal field coils. Billets are drawn down to strands of less than one millimetre in diameter to form the building blocks of the superconductors. © Peter Ginter

    Supraconductivité : le courant passe...

    Pour confiner le gaz très chaud (le plasma) dans lequel se produit la réaction de fusion, un tokamak met en œuvre d'intenses champs magnétiques, générés par de [...]

    Read more

  • Whatever their age or their knowledge of science and technology, the 1,300 visitors to ITER during the Open Doors Day 4 October were able to measure the scale of the project, its challenges and its potential.

    Portes ouvertes pour 1 300 visiteurs

    Quand les travaux d'aménagement de la plateforme ont commencé, il y a un peu de plus de sept ans, ITER était encore un mystère pour la plupart des habitants de [...]

    Read more

  • 14,000 m³ of concrete, 3,600 tons of rebar, 8 months of work—the "floor" of the Tokamak Complex was finalized on 27 August 2014.

    Dernière coulée et première livraison

    Double symbole en cette fin d'été 2014: le 27 août, on finalisait le «plancher» du Complexe Tokamak; le 4septembre, ITER réceptionnait les premières pièces de [...]

    Read more

  • By reflecting the hues of the passing seasons, the mirror-like stainless steel will express, according to ENIA, "the precision of the research work being performed inside of the buildings."

    Miroir, génie du miroir...

    Pour insérer les bâtiments d'ITER dans le paysage, quelle est la marge d'intervention d'un architecte? Changer leur morphologie? Impossible: c'est la fonction, [...]

    Read more

Mag Archives

Le « Soleil » ITER réchauffe l'économie

-R.A.

Depuis 2007, le chantier ITER, les aménagements de toute nature qui l'accompagnent et les services auxquels ont recours les principaux acteurs du programme ont généré plus de 4 milliards d'euros de contrats. Plus de la moitié de cette somme a été attribuée à des entreprises françaises (2,11 milliards) et sur cette moitié, plus d'un milliard et demi a été engrangé par des entreprises de la région Paca.

Par les emplois qu'il crée de manière directe et indirecte et par ceux qu'il induit dans le tissu économique régional, un très grand équipement scientifique comme ITER transforme durablement le territoire qui l'accueille. (Click to view larger version...)
Par les emplois qu'il crée de manière directe et indirecte et par ceux qu'il induit dans le tissu économique régional, un très grand équipement scientifique comme ITER transforme durablement le territoire qui l'accueille.
A eux seuls, le contrat de construction du Complexe Tokamak (290 millions d'euros, signé au mois de décembre 2012) et celui équipements techniques d'une dizaine de bâtiments (530 millions d'euros, signé au mois de juillet 2013), devraient mobiliser 2 000 ouvriers sur le site.

Cette mobilisation s'effectuera de manière progressive à partir de la fin de cette année pour atteindre un pic à l'horizon 2015-2017. Début 2018, la main d'œuvre affectée à la construction commencera à décliner tandis qu'augmentera celle des ouvriers et techniciens occupés, pendant un peu plus de deux ans, au montage de la machine (un gros millier de personnes en moyenne).

Au total, ce sont donc plus de 3 000 personnes qui travailleront sur le chantier ITER entre début 2017 et fin 2020.

Bien qu'ITER soit un programme international et que les contrats les plus importants aient été attribués à des consortiums européens, 70% des 2 500 travailleurs qui se sont succédé sur le chantier depuis 2010 étaient de nationalité française.

Les projections de l'Agence européenne pour ITER (Fusion for Energy), responsable du chantier, montrent que ce pourcentage ne devrait guère varier dans les années qui viennent. Les travailleurs « locaux », c'est-à-dire résidant dans les communes proches d'ITER (bassin d'emploi de Manosque) pourraient représenter jusqu'à 50% de la main d'œuvre française.

L'impact économique d'ITER ne se résume pas, loin s'en faut, aux retombées directes du chantier de construction. Des centaines d'emplois ont déjà été créés par les industries, les bureaux d'étude, les sociétés d'ingénierie et de services qui ont bénéficié de contrats.

Ainsi, à La Seyne-sur-Mer, dans le cadre du contrat de fabrication d'éléments du système magnétique d'ITER (80 millions d'euros) CNIM, qui emploie déjà 50 personnes, a récemment procédé à vingt recrutements. A Pertuis, le contrat d'ingénierie attribué à Latécoère-Services s'est traduit par quinze embauches. L'Allemand Kraftanlagen Heidelberg, spécialisé dans l'ingénierie nucléaire, qui avait ouvert une agence à Manosque dès 2009, emploie désormais une dizaine de personnes.

A La Seyne-sur-Mer, la société CNIM qui a emporté un contrat de fabrication d'éléments du système magnétique d'ITER (80 millions d'euros) a récemment procédé à vingt recrutements. (Click to view larger version...)
A La Seyne-sur-Mer, la société CNIM qui a emporté un contrat de fabrication d'éléments du système magnétique d'ITER (80 millions d'euros) a récemment procédé à vingt recrutements.
Et l'on pourrait multiplier les exemples — jusqu'aux sept emplois de chauffeur créés par la société de transport qui assure les navettes entre les différents bâtiments du site ITER...

Dès 2003, anticipant l'arrivée d'ITER, l'Institut d'économie publique de Marseille (Idep) avait estimé à 3 000 (dont 1 500 en région Paca) le nombre de ces emplois « indirects » créés pendant la phase de construction, et à 2 400 ceux qui verront le jour pendant la phase d'exploitation.

Une évaluation de l'impact économique d'ITER doit également prendre en compte les effets induits par la présence, à Aix-en-Provence, à Manosque, dans les bourgades environnantes, des personnels employés sur le site (ITER Organization, Fusion for Energy, sous-traitants directs hors chantier) et de leurs familles.

Leur apport à l'économie locale, sous forme de salaires dépensés localement, peut être estimé à une soixantaine de millions d'euros annuellement.

La dépense directe, toutefois, n'est pas tout. Pour répondre aux besoins de cette population nouvelle (et internationale), des commerces, des services se sont créés ou étoffés. Les études montrent qu'un emploi direct dans un « Très Grand Équipement » scientifique comme ITER en génère deux, voire près de trois, dans son environnement immédiat.

Ainsi, près d'Oxford, au Royaume-Uni, un gros millier d'emplois indirects et induits ont été créés autour des 450 salariés du tokamak européen JET; à Genève, autour du CERN (2 500 salariés), 7 200 emplois indirects et induits ont vu le jour de part et d'autre de la frontière franco-suisse.

Alors qu'ITER vient tout juste d'entrer dans sa quatrième année de construction, une dynamique similaire se dessine, qui ne pourra que s'amplifier au fil des années.