Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • 16,000 m³ in volume, 30 metres in height and as many in width—the ITER cryostat is not only one of the world's largest vacuum chambers, it's also by far the most complex.

    Maintenir au frais

    Pour garder son café au chaud, rien de tel qu'un thermos. Le dispositif, inventé à la fin du XIXe siècle est à la fois simple et efficace: un thermos est une b [...]

    Read more

  • On the north side of the work site, two of the five levels of pillar are already in place. Work has just begun on the third level (one third-level pillar is visible in the photo).

    Les colonnes qui montent, qui montent...

    Quand les pièces du tokamak ITER arriveront sur le site, elles transiteront par un immense bâtiment où elles seront nettoyées, vérifiées et, le cas échéant, pr [...]

    Read more

  • Procured by the United States, manufactured by Hyundai in Korea, transported by DAHER (ITER's global logistics provider), the first Highly Exceptional Load—an electrical transformer—arrived on site on 17 January 2015.

    La plus « légère » des charges lourdes

    Le voyage avait commencé à la mi-novembre au sortir du port d'Ulsan, en Corée, à plus de 9000 kilomètres du site d'ITER. Deux mois plus tard, le 17 janvier, le [...]

    Read more

  • The spaceship that carries passengers on a quest for inhabitable planets in the 2014 blockbuster "Interstellar" is fuelled by compact tokamaks that also provide the vessel's electricity.

    Fusion, fiction...

    En 1985, l'année même où Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev jetaient les bases politiques de ce qui serait bientôt le programme ITER, l'énergie de fusion fais [...]

    Read more

Mag Archives

Dans les forges d'ITER

-Robert Arnoux

Depuis 2004 Industeel-Le Creusot a livré au programme ITER près de 10 000 tonnes de plaques d'aciers dans des dizaines de ''nuances'' différentes. (Click to view larger version...)
Depuis 2004 Industeel-Le Creusot a livré au programme ITER près de 10 000 tonnes de plaques d'aciers dans des dizaines de ''nuances'' différentes.
Les hommes de ce qui ne s'appelait pas encore  "l'âge de fer" ont découvert par hasard qu'en mêlant un peu de charbon de bois au minerai de fer en fusion on obtenait un métal d'une dureté incomparable : l'acier.

Trois mille ans ont passé et l'acier joue un rôle toujours plus central dans notre civilisation. La production mondiale, qui n'atteignait pas 30 millions de tonnes en 1900, a dépassé le milliard et demi de tonnes en 2013.

L'acier d'aujourd'hui n'est plus, loin s'en faut, celui des fourneaux de l'âge du fer. Si la recette de base demeure (du fer et une pincée de carbone), la palette des fabrications compte désormais des centaines de « nuances » différentes — les aciéristes, sur ce point, utilisent le même vocabulaire que les parfumeurs.

Chacune de ces nuances, finement ajustée, répond à des exigences précises : l'acier d'une carrosserie automobile n'est pas celui d'une charpente métallique ; celui d'un rail de TGV  a peu de points communs avec celui d'une citerne alimentaire.

Certaines activités, certains équipements, requièrent des aciers plus sophistiqués encore.

A une centaine de kilomètres au sud-ouest de Dijon, la société Industeel-Le Creusot, (héritière des forges Schneider fondées en 1836 et désormais intégrée au géant indien Arcelor-Mittal), s'est spécialisée dans ces productions particulières — ces « nuances » subtiles dont la machine ITER sera grande consommatrice.

Depuis les premiers prototypes de chambre à vide, réalisés en 2004, jusqu'aux récentes commandes passées par les industries coréenne, russe, indienne et européenne, Industeel-Le Creusot a livré près de 10 000 tonnes de plaques d'aciers, dans des dizaines d'épaisseurs et de « nuances » différentes, au programme ITER.

Fracas et chaleur de fournaise : alignés sur un convoyeur des lingots d'acier de 7 tonnes sont prêts à entrer dans le four électrique où ils séjourneront une dizaine d'heures à la température de 1 200 degrés C. Ils passeront ensuite au laminoir qui les transformera en plaques de 40 millimètres d'épaisseur. Une fois nettoyées, ébarbées et calibrées, les plaques seront expédiées à l'industriel coréen Hyundai, qui fabrique deux des neuf sections de la chambre à vide d'ITER. (Click to view larger version...)
Fracas et chaleur de fournaise : alignés sur un convoyeur des lingots d'acier de 7 tonnes sont prêts à entrer dans le four électrique où ils séjourneront une dizaine d'heures à la température de 1 200 degrés C. Ils passeront ensuite au laminoir qui les transformera en plaques de 40 millimètres d'épaisseur. Une fois nettoyées, ébarbées et calibrées, les plaques seront expédiées à l'industriel coréen Hyundai, qui fabrique deux des neuf sections de la chambre à vide d'ITER.
Ces aciers très spéciaux — « Le très haut de gamme de notre production », explique-t-on au Creusot — doivent répondre aux exigences fonctionnelles et technologiques des différents éléments du tokamak ITER. Certains de ces éléments seront exposés au plasma ultra-chaud et au vide extrême ; d'autres devront résister à des températures proches du zéro absolu. Dans certains cas, ces aciers devront être totalement transparents aux champs magnétiques ; dans d'autres, ils contribueront à leur donner forme et orientation.

L'élaboration de ces aciers est avant tout affaire de chimie : une bonne dose de chrome empêchera l'oxydation ; quelques pourcents d'azote amélioreront les propriétés mécaniques ; un zest de titane, de niobium ou de molybdène conférera à telle nuance une meilleure résistance à la corrosion ; un soupçon de bore permettra à une autre de mieux absorber les neutrons — qualité essentielle pour certaines des pièces d'ITER.

Mais si la chimie est à la base de tout, les procédés de fabrication jouent également un rôle essentiel. « L'industriel coréen, par exemple, qui fournit le bouclier thermique de la machine, doit ajouter une fine couche d'argent aux plaques d'acier que nous lui livrons, explique Jean-Christophe Gagnepain, le directeur des ventes d'Industeel-Le Creusot. La qualité de cette couche dépend de la parfaite régularité de la surface des plaques qui sortent de nos installations. »

L'aciérie a déjà livré 5 000 tonnes de ces « aciers de spécialité » à l'Inde, dont une moitié pour la fabrication du cryostat ; 3 500 tonnes au Japon et à la Corée et quelque 300 tonnes à la Russie.

Ce qui naît ici, dans l'un des bassins industriels les plus anciens du pays, c'est une bonne part d'ITER : d'énormes lingots d'acier qui, une fois laminés, prendront la mer pour les usines de Corée, d'Inde, de Russie ou du Japon. Là, l'acier du Creusot deviendra section de chambre à vide ou de cryostat, bouclier thermique, éléments de paroi ou du système magnétique.