Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • The overhead crane will have a double role to play in ITER, first handling the machine components during the installation and assembly phase that begins in 2019 ... and then handling them again during the dismantling phase of the project.

    1 500 tonnes à bout de bras

    1 500 tonnes, le poids de quatre Boeing 747 à pleine charge — ce sont des masses de cet ordre que le double pont roulant récemment mis en place dans le Hall d' [...]

    Read more

  • Beyond its symbolic importance First Plasma, scheduled for November 2025, will also be the occasion to test the alignment of the machine's magnetic fields and the operation of critical systems.

    Objectif 2025

    Pour déterminer avec précision la date à laquelle ITER produira son premier plasma, des centaines d'ingénieurs, de techniciens et de planificateurs ont travail [...]

    Read more

  • Nikita S. Khrushchev, physicist Igor V. Kurchatov (in the middle, with beard) and Nikolai A. Bulganin on 26 April 1956 in Harwell, the Holy of Holies of Britain's nuclear research. It was the improbable beginning to what was to become a "world fusion community."

    Il y a 60 ans, les Soviétiques levaient le voile

    Le 18 avril 1956, un navire de guerre soviétique accostait à Portsmouth, sur la côte méridionale du Royaume-Uni. A son bord, accompagnés d'une importante suite [...]

    Read more

  • Doctor, mountaineer, navigator, Jean-Louis Etienne was the first man to reach the North Pole solo, over land, in 1986. In the Artic or in Antarctica, by foot, dog sled or airship, energy questions have always been at the heart of his preoccupations. © Francis Latreille

    Jean-Louis Etienne: l'énergie sans parti-pris

    En 1986, Jean-Louis Etienne partit à pied, seul, pour le pôle Nord — depuis l'île Ward Hunt à l'extrême nord du Canada, 63 jours de marche sur l'océan arctique [...]

    Read more

Mag Archives

Un méga-contrat pour piloter l'assemblage

Le tokamak ITER — un million d'éléments, dix millions de pièces — est sans conteste la machine la plus complexe jamais conçue.

Lors de la signature du méga-contrat, de gauche à droite: Jo Jik-Lie, président de la division nucléaire de KEPCO E&C; Clive White, président d'Amec Foster Wheeler - Clean Energy business; Bernard Bigot directeur général d'ITER Organization et Stephane Aubarbier, vice président d'Assystem. (Click to view larger version...)
Lors de la signature du méga-contrat, de gauche à droite: Jo Jik-Lie, président de la division nucléaire de KEPCO E&C; Clive White, président d'Amec Foster Wheeler - Clean Energy business; Bernard Bigot directeur général d'ITER Organization et Stephane Aubarbier, vice président d'Assystem.
La construction d'une fusée spatiale, d'une sonde interplanétaire ou d'un sous-marin nucléaire repose sur des technologies éprouvées que l'industrie maîtrise depuis des décennies. Celles qu'ITER met en œuvre sont pour beaucoup inédites ou poussées à l'extrême limite de la faisabilité.

Rarement, dans une entreprise industrielle, les exigences de précision et de qualité auront été aussi élevées. Dans ITER, il n'y a pas place pour une erreur d'un seul millimètre.

Le défi ne consiste pas seulement à fabriquer, dans les usines de trois continents, les millions de pièces de ce Meccano de haute précision : une fois livrées sur le site de Saint-Paul-lez-Durance — autre défi logistique ! —, ces pièces, dont certains pèsent plusieurs centaines de tonnes, devront être assemblées pour constituer le tokamak ITER et ses systèmes industriels annexes.

Pour assurer la planification, la coordination et le contrôle des opérations d'assemblage et d'intégration de ces millions de pièces, ITER Organization a conclu le 27 juin dernier un contrat de 174 millions d'euros avec le consortium international MOMENTUM, formé par Amec Foster Wheeler (Royaume-Uni), Assystem (France) et KEPCO Engineering and Construction (Corée).

Montant progressivement en puissance à partir de l'année prochaine, l'activité d'assemblage devrait mobiliser, à terme, quelque 2 000 personnes sur le site d'ITER.