Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@
Trente ans sur le chemin d'ITER

En bref

Le Président américain Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, décident de lancer un programme international visant à développer l'énergie de fusion à des fins pacifiques et ce « pour le plus grand bénéfice de l'humanité ». Genève, 1985. (Click to view larger version...)
Le Président américain Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, décident de lancer un programme international visant à développer l'énergie de fusion à des fins pacifiques et ce « pour le plus grand bénéfice de l'humanité ». Genève, 1985.
Il y a trente ans, plusieurs nations industrialisées se sont associées pour lancer un programme visant à développer une source d'énergie nouvelle, plus propre et plus durable.

Le programme ITER a vu le jour lors du sommet des superpuissances, à Genève au mois de novembre 1985, lorsque l'idée de développer la recherche pacifique sur l'énergie de fusion dans le cadre d'une collaboration internationale fut proposée par Mikhaïl Gorbatchev, Secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, au président américain Ronald Reagan.

Deux années plus tard, un accord fut conclu : l'Union européenne (Euratom), le Japon, l'Union soviétique et les États-Unis s'associaient pour concevoir une installation internationale de fusion de très grande taille baptisée ITER. Les études de conception de cette installation ont démarré en 1988, suivies par des phases d'étude technique de plus en plus précises jusqu'à la validation de la conception définitive par les Membres d'ITER en 2001.

La République populaire de Chine et la République de Corée ont rejoint le projet en 2003, suivies par l'Inde en 2005. Le choix du lieu d'implantation d'ITER a fait l'objet d'une longue négociation qui a abouti en 2005, lorsque les Membres d'ITER ont choisi à l'unanimité le site proposé par l'Union européenne. C'est à Cadarache, sur le territoire de la commune de Saint-Paul-lez-Durance, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), que serait construite l'installation ITER.

La poursuite des négociations a abouti à l'Accord d'ITER (ITER Agreement) qui définit de manière détaillée les phases de construction, d'exploitation et de démantèlement de l'installation, ainsi que les aspects financiers, organisationnels et humains d'ITER Organization.

La signature de l'Accord ITER à Paris, au Palais de l'Élysée, le 21 novembre 2006. (Click to view larger version...)
La signature de l'Accord ITER à Paris, au Palais de l'Élysée, le 21 novembre 2006.
L'Accord ITER a été officiellement signé le 21 novembre 2006 par les ministres des sept Membres d'ITER réunis au palais de l'Élysée, à Paris, en présence du Président français Jacques Chirac et du Président de la Commission européenne José Manuel Durao Barroso.

L'Accord a donné lieu à la création d'une entité juridique internationale chargée de la construction, de l'exploitation et du démantèlement ultérieur d'ITER. Après ratification de l'Accord par l'ensemble des Membres, ITER Organization, organisation internationale, a été officiellement créée le 24 octobre 2007.

Les premières équipes sont arrivées fin 2005 sur le site de Saint Paul-lez-Durance. Dans les années qui ont suivi, et avant le début de construction en 2010, 500 personnes environ ont été recrutées par ITER Organization, le processus d'autorisation de création d'une installation nucléaire a été lancé, les travaux préparatoires à la construction ont été lancés sur le site, et chacun des Membres d'ITER a créé et doté en personnel une « Agence domestique ».

Aujourd'hui, environ 2 000 personnes sur le site ITER et en Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis pour construire la machine de fusion magnétique la plus puissante et la plus performante jamais conçue — le tokamak ITER.

Voir aussi Les grandes dates d'ITER.