Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Cliquez sur l'image pour la voir en pleine page

2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2009 2008

Le chantier

Les pièces les plus imposantes de l'installation seront transportées le long de l'itinéraire ITER depuis la Méditerranée (104 kilomètres). (Click to view larger version...)
Les pièces les plus imposantes de l'installation seront transportées le long de l'itinéraire ITER depuis la Méditerranée (104 kilomètres).
Les chargements les plus volumineux et les plus lourds arriveront au port de Fos-sur-Mer, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Marseille. De là, ils traverseront l'étang de Berre pour atteindre le port de La Pointe, où un quai a été spécialement aménagé pour les recevoir. Les chargements seront ensuite acheminés par convois exceptionnels qui emprunteront l'itinéraire ITER jusqu'à St-Paul-lez-Durance.

Quelque 250 convois, voyageant durant la nuit pour ne pas troubler la circulation, seront organisés entre 2015 et la fin de l'assemblage de la machine.

La masse et les dimensions des plus gros convois qui emprunteront l'itinéraire ITER sont impressionnantes : près de 800 tonnes (véhicule compris) pour le plus lourd d'entre eux, 10,4 mètres de hauteur pour le plus haut, 33 mètres pour le plus long et 9 mètres pour le plus large (mais aucun des convois ne cumulera ces dimensions maximales).

L'arrivée des chargements a été programmée en fonction des plans de montage du tokamak et des installations d'ITER. Les premiers convois transporteront les éléments destinés aux niveaux inférieurs de la machine et aux premières structures auxiliaires.

En septembre 2014, les premières pièces ont été livrées pour le compte des Etats-Unis depuis des usines en Europe et en Amérique du Nord. Les livraisons se succèdent depuis à un rythme mensuel — aussi bien des livraisons conventionnelles (Conventional or Conventional Exceptional Loads, CEL) que des livraisons "exceptionnelles" (Highly Exceptional Load, HEL).

La première "charge exceptionnelle" (HEL) est arrivée le 14 janvier 2015 sur le site ITER. Les premiers éléments de la machine sont arrivés fin 2015 (il s'agit des premiers segments du cryostat livrés par l'Inde). Les éléments les plus spectaculaires qui voyageront le long de l'Itinéraire ITER sont les neuf secteurs de la chambre à vide, fabriqués en Europe et en Corée, ainsi que les dix-neuf bobines de champ toroïdal, venues d'Europe et du Japon.
L'itinéraire ITER. © CEA (Click to view larger version...)
L'itinéraire ITER. © CEA
L'agence domestique européenne assurera le transport de tous les composants expédiés par les agences domestiques depuis le port méditerranéen de Fos-sur-Mer (ou, en cas de transport aérien, l'aéroport de Marseille-Provence) jusqu'au chantier ITER. Les frais de transport jusqu'à ces points de prise en charge incomberont à l'agence domestique d'origine.

ITER Organization et l'ensemble des agences domestiques ont fait appel à un spécialiste international de la logistique (Logistics Service Provider, LSP) chargé de répondre aux besoins de transport, de logistique et d'assurance associés à ces approvisionnements.

Le contrat-cadre LSP, signé en février 2012 avec DAHER, couvre l'ensemble des services de transport et d'assurance, depuis le départ de l'établissement industriel du fournisseur jusqu'à la livraison sur site. Tous les modes de transport sont pris en compte dans ce contrat : maritime, aérien, routier, ferroviaire, fluvial et par canaux.

Des véhicules radioguidés de ce type transporteront des « charges exceptionnelles » le long de l'itinéraire ITER. (Click to view larger version...)
Des véhicules radioguidés de ce type transporteront des « charges exceptionnelles » le long de l'itinéraire ITER.
Entre 2008 et 2011, la France, pays hôte du programme, a réalisé des travaux d'envergure pour aménager les 104 kilomètres de l'itinéraire ITER, élargissant les routes, renforçant les ponts et modifiant les carrefours afin de les adapter à la masse et à l'encombrement exceptionnels des éléments du tokamak. Le coût de ces travaux (110 millions d'euros) a été pris en charge conjointement par le Conseil général des Bouches-du-Rhône (à hauteur de 66 %) et par l'État français (34 %).

Pour s'assurer que ces transports se dérouleront dans les meilleures conditions, deux « convois test », aux dimensions d'un convoi réel (masse et encombrement) ont été organisés. Le premier de ces convois test, au mois de septembre 2013, a vérifié que le stress enregistré par les chaussées et les ouvrages d'art de l'itinéraire ITER correspondait aux modélisations réalisées.

Début 2014 une deuxième opération, incluant la traversée par barge de l'Etang de Berre, a permis de tester en vraie grandeur l'organisation et la logistique d'un convoi réel.

Suite au succès de ces opérations, les apports « en nature » des membres d'ITER voyagent le long de l'Itinéraire ITER depuis janvier 2015.