Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :

Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • Bienvenue à Iterville

    A mi-chemin de Saint-Paul-lez-Durance et de Vinon-sur-Verdon, en lisière du centre CEA de Cadarache, une ville nouvelle est née. Partie de rien, gagnée sur la [...]

    Read more

  • Tous pour un !

    Une enceinte en forme de tore entourée de bobines magnétiques — c'est le sens de l'acronyme « tokamak », forgé dans les années cinquante par les savants soviét [...]

    Read more

  • Un nouveau mandat pour Bernard Bigot

    Le Conseil ITER, qui réunit les hauts représentants des membres du programme (Chine, Union européenne, Inde, Japon, Corée, Russie et États-Unis) a décidé, à l' [...]

    Read more

  • Et maintenant ... l'assemblage

    Plus lourd que trois Tour Eiffel, aussi haut que la voûte de l'Arc de Triomphe, le tokamak ITER est un instrument scientifique de très haute précision. L'assem [...]

    Read more

Mag Archives

Quand les héros d'un manga parlent d'ITER en provençal...

-R.A.

Taiyô est japonais, élève aux Beaux-Arts, et Soléane est une jeune scientifique française qui travaille dans la recherche sur « une énergie pour notre futur proche ». Un jour, ils se rencontrent par hasard à l'Atelier Paul Cézanne, à Aix, et engagent la conversation. Soléane explique qu'elle travaille à ITER et Taiyô ouvre de grands yeux...

Le manga en provençal est accessible à l'adresse suivante : https://www.iter.org/fr/news/publicationcentre (BDs). (Click to view larger version...)
Le manga en provençal est accessible à l'adresse suivante : https://www.iter.org/fr/news/publicationcentre (BDs).
Les deux jeunes gens sont les héros d'un manga récemment publié par l'Agence ITER-Japon. L'original japonais a été traduit en anglais et en français et, plus récemment... en provençal. C'est un jeune polytechnicien, Thierry Cerisier, ingénieur à ITER et passionné par la langue provençale qui est à l'origine de cette initiative.

« Je voulais montrer, explique-t-il, que le provençal n'est pas une vieille chose poussiéreuse et que l'on pouvait très bien l'utiliser pour décrire des réalités contemporaines. »

Grâce au travail de Thierry, Taiyô et Soléane peuvent désormais s'exprimer dans langue des troubadours et des félibres et évoquer ensemble « lou souleiet sus Terro », « lis atome d'idrougène » et le « proujèt internaciounau pèr la realisacioun de l'energìo de fusioun ».

A ITER, où cohabitent 35 nationalités, le provençal a trouvé une place : non seulement grâce au manga traduit par Thierry mais aussi au travers des cours que le jeune ingénieur dispense à un petit groupe de passionnés venus du Canada, du Royaume-Uni, de France et de Roumanie.