Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • The overhead crane will have a double role to play in ITER, first handling the machine components during the installation and assembly phase that begins in 2019 ... and then handling them again during the dismantling phase of the project.

    1 500 tonnes à bout de bras

    1 500 tonnes, le poids de quatre Boeing 747 à pleine charge — ce sont des masses de cet ordre que le double pont roulant récemment mis en place dans le Hall d' [...]

    Read more

  • A mega contract for assembly-phase construction management was signed on 27 June 2016 by (left to right) Jo Jik-Lie, president of KEPCO's nuclear division; Clive White, president of Amec Foster Wheeler's  Clean Energy business; Bernard Bigot, ITER Director-General; and Stephane Aubarbier, vice president of Assystem.

    Un méga-contrat pour piloter l'assemblage

    Le tokamak ITER — un million d'éléments, dix millions de pièces — est sans conteste la machine la plus complexe jamais conçue. La construction d'une fusée spat [...]

    Read more

  • Nikita S. Khrushchev, physicist Igor V. Kurchatov (in the middle, with beard) and Nikolai A. Bulganin on 26 April 1956 in Harwell, the Holy of Holies of Britain's nuclear research. It was the improbable beginning to what was to become a "world fusion community."

    Il y a 60 ans, les Soviétiques levaient le voile

    Le 18 avril 1956, un navire de guerre soviétique accostait à Portsmouth, sur la côte méridionale du Royaume-Uni. A son bord, accompagnés d'une importante suite [...]

    Read more

  • Doctor, mountaineer, navigator, Jean-Louis Etienne was the first man to reach the North Pole solo, over land, in 1986. In the Artic or in Antarctica, by foot, dog sled or airship, energy questions have always been at the heart of his preoccupations. © Francis Latreille

    Jean-Louis Etienne: l'énergie sans parti-pris

    En 1986, Jean-Louis Etienne partit à pied, seul, pour le pôle Nord — depuis l'île Ward Hunt à l'extrême nord du Canada, 63 jours de marche sur l'océan arctique [...]

    Read more

Mag Archives

Objectif 2025

Pour déterminer avec précision la date à laquelle ITER produira son premier plasma, des centaines d'ingénieurs, de techniciens et de planificateurs ont travaillé sans relâche pendant dix-huit mois. Ils ont actualisé les plannings de production des usines qui, dans une vingtaine de pays, fabriquent les pièces de la machine ; ils ont confronté ces projections à celles de l'avancement des constructions à Saint-Paul-lez-Durance ; ils ont introduit des variables — combien de temps pouvait-on gagner en recrutant plus de spécialistes, en augmentant les budgets? — et ils sont parvenus à une date : décembre 2025.

Outre sa valeur symbolique, le premier plasma d'ITER, au mois de décembre 2025, permettra de tester la géométrie du champ magnétique du tokamak et le bon fonctionnement des éléments-clé de l'installation. (Click to view larger version...)
Outre sa valeur symbolique, le premier plasma d'ITER, au mois de décembre 2025, permettra de tester la géométrie du champ magnétique du tokamak et le bon fonctionnement des éléments-clé de l'installation.
En France et dans chacun des pays membres du programme, ITER est donc tout entier mobilisé pour tenir ce calendrier, que le Conseil ITER, après l'avoir validé, a jugé « exigeant mais techniquement réalisable ».

Il se sera donc écoulé 40 ans entre le projetd'une grande collaboration internationale dans le domaine de la fusion, décidé lors de la rencontre Reagan-Gorbatchev à Genève au mois de novembre 1985 (voir Le Magazine n°8), et l'allumage d'un premier plasma dans le tokamak ITER.

La difficulté d'organiser une entreprise internationale d'une telle ampleur (7 membres, 35 pays) ; la complexité de sa gouvernance ; les immenses défis scientifiques, technologiques financiers et industriels auxquels ITER a dû et doit encore faire face expliquent en partie cette longue gestation.

Mais la route est désormais tracée jusqu'à l'étape décisive : en même temps qu'il marque un aboutissement, le premier plasma inaugure le programme de recherche d'ITER qui doit se déployer sur une vingtaine d'années au moins.

Le premier plasma, outre sa forte dimension symbolique, est un test majeur : il permet de vérifier la géométrie des champs magnétiques ainsi que le bon fonctionnement des éléments essentiels de l'installation — alimentation électrique, cryostat, circuit de refroidissement, cryogénie, etc.

Plasma d'hydrogène, à puissance réduite, d'une durée de quelques centaines de millisecondes, le premier plasma sera suivi, pendant quelques semaines, d'autres « décharges » un peu plus longues, un peu plus puissantes.

Puis, la machine sera mise à l'arrêt le temps d'installer l'ensemble des systèmes indispensables à la préparation de la phase suivante — celle des plasmas d'hydrogène et d'hélium à puissance nominale, prélude à la phase nucléaire et à la production d'énergie de fusion à l'horizon 2035.