Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • A mi-chemin du premier plasma

    Quand on construit un immeuble, un pont, un tronçon d'autoroute, les tâches à accomplir s'enchaînent de manière quasi-linéaire. Du premier coup de pioche à la [...]

    Read more

  • L'avènement des tokamaks

    En 1968, la fusion était une science encore jeune. Les machines sur lesquelles s'appuyait la recherche étaient primitives, leurs performances décevantes. Porte [...]

    Read more

  • Pourquoi faire si compliqué ?

    Des pièces d'acier hautes comme un immeuble de quatre étages et pesant plusieurs centaines de tonnes qui s'ajustent avec une précision inférieure au quart de m [...]

    Read more

Mag Archives

Le Titan et son jumeau

Dans le vaste hall d'assemblage qui jouxte le Bâtiment tokamak, un Titan attend son jumeau...

Fournis par la Corée, installés par la société CNIM de La Seyne-sur-Mer, les outils de sous-assemblage conjuguent, comme souvent à ITER, deux extrêmes: les dimensions de la construction navale et la précision de l'horlogerie. (Click to view larger version...)
Fournis par la Corée, installés par la société CNIM de La Seyne-sur-Mer, les outils de sous-assemblage conjuguent, comme souvent à ITER, deux extrêmes: les dimensions de la construction navale et la précision de l'horlogerie.
Ces structures monumentales (22 mètres de haut, 800 tonnes), capables de manipuler des charges de l'ordre de 1,200 tonnes, sont des outils de « sous-assemblage ». Se déplaçant sur des rails circulaires, ils ont pour mission d'accoupler les « secteurs » de la chambre à vide aux aimants verticaux et aux panneaux de l'écran thermique qui protège le système magnétique.

Deux outils de ce type opéreront en parallèle. L'installation du premier est aujourd'hui finalisée ; celle du second commencera à l'automne.

L'opération de sous-assemblage sera reproduite à neuf reprises — autant de fois que la chambre à vide compte de secteurs. Le double pont roulant, capable de lever 1,500 tonnes (l'équivalent de quatre Boeing 747 à pleine charge) prendra alors le relais pour aller déposer chaque sous assemblage dans la fosse du tokamak, distante d'une centaine de mètres.