Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :

Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • Bienvenue à Iterville

    A mi-chemin de Saint-Paul-lez-Durance et de Vinon-sur-Verdon, en lisière du centre CEA de Cadarache, une ville nouvelle est née. Partie de rien, gagnée sur la [...]

    Read more

  • Tous pour un !

    Une enceinte en forme de tore entourée de bobines magnétiques — c'est le sens de l'acronyme « tokamak », forgé dans les années cinquante par les savants soviét [...]

    Read more

  • Quand les héros d'un manga parlent d'ITER en provençal...

    Taiyô est japonais, élève aux Beaux-Arts, et Soléane est une jeune scientifique française qui travaille dans la recherche sur « une énergie pour notre futur pr [...]

    Read more

  • Et maintenant ... l'assemblage

    Plus lourd que trois Tour Eiffel, aussi haut que la voûte de l'Arc de Triomphe, le tokamak ITER est un instrument scientifique de très haute précision. L'assem [...]

    Read more

Mag Archives

Un nouveau mandat pour Bernard Bigot

-R.A.

Le Conseil ITER, qui réunit les hauts représentants des membres du programme (Chine, Union européenne, Inde, Japon, Corée, Russie et États-Unis) a décidé, à l'unanimité, de reconduire pour cinq ans le mandat de Bernard Bigot à la tête d'ITER Organization.

Le président du Conseil ITER, Arun Srivastava, félicite Bernard Bigot lors de la signature de son deuxième contrat de cinq ans à la tête d'ITER Organization. (Click to view larger version...)
Le président du Conseil ITER, Arun Srivastava, félicite Bernard Bigot lors de la signature de son deuxième contrat de cinq ans à la tête d'ITER Organization.
Bernard Bigot, qui avait pris les rênes du programme de recherche international au mois de mars 2015, les conservera donc jusqu'en 2025 — à la veille de la production du premier plasma.

Considérant les résultats obtenus et anticipant les défis à venir — particulièrement lors de la phase d'assemblage et d'installation qui doit commencer au printemps 2020 —, le Conseil a estimé que le succès d'ITER exige une continuité dans sa gouvernance.

Le premier mandat de Bernard Bigot aura été marqué par une réorganisation profonde du programme et l'établissement d'un nouveau calendrier, appuyé sur un budget « réaliste ». Sur ces bases, ITER a pu retrouver une dynamique que reflètent les indicateurs de performance : 65% des « tâches nécessaires à l'obtention du premier plasma » en 2025 sont aujourd'hui finalisées et la progression mensuelle, tant dans la construction des bâtiments que dans la fabrication des pièces et systèmes, est de l'ordre de 0,7%.

« Bernard Bigot a démontré sa capacité à conjuguer approche visionnaire et gestion quotidienne d'un programme d'une complexité sans précédent », a notamment déclaré Arun Srivastava, secrétaire général du Commissariat à l'énergie atomique indien et président du Conseil ITER.