Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@
Fabrication

La Machine

A Mitsubishi Heavy Industries au Japon, la production de « doubles galettes » en série est en cours pour les bobines de champ toroïdal. La première de ces bobines, très impressionnantes, est attendue en 2018 sur le site ITER. (Click to view larger version...)
A Mitsubishi Heavy Industries au Japon, la production de « doubles galettes » en série est en cours pour les bobines de champ toroïdal. La première de ces bobines, très impressionnantes, est attendue en 2018 sur le site ITER.
Les sept Membres d'ITER (35 nations) partagent la responsabilité de la construction de la machine, de ses systèmes annexes et des bâtiments de l'installation.

Pour la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les Etats-Unis, ces contributions représentent 9,1% de la valeur totale de la construction de l'installation. Pour l'Europe qui, outre sa part dans la fabrication des éléments de la machine fournit la quasi-totalité des bâtiments du site, la contribution s'élève à un peu plus de 45%. 

La contribution des membres se fait essentiellement « en nature », sous forme de fourniture à ITER Organization des bâtiments, pièces et systèmes de l'installation. Les transferts financiers ne représentent que 10% de leur contribution (essentiellement pour le fonctionnement d'ITER Organization).

Cette organisation reflète l'enjeu pédagogique du programme ITER. Elle permet au tissu scientifique et industriel de chacun des membres de se préparer à aborder l'étape suivante—la conception et la réalisation, d'ici le milieu de ce siècle, de prototypes de réacteur conçus pour produire de l'électricité à échelle industrielle.

La répartition des approvisionnements a été décidée lors des négociations préalables à la signature de l'Accord ITER en tenant compte des souhaits autant que des compétences techniques et industrielles de chacun. La fabrication des systèmes clés est répartie entre plusieurs membres—ainsi, l'Europe et la Corée se partagent la fabrication des neuf « tranches » de la chambre à vide ; le solénoïde central est l'œuvre des Etats-Unis et du Japon ; le divertor est le fruit d'une collaboration entre l'Europe, la Russie et Japon ; l'Inde partage la responsabilité du système de refroidissement avec les Etats-Unis ; la fabrication des modules de couverture est répartie entre la Chine, l'Europe, la Corée, la Russie et les Etats-Unis et six des sept membres d'ITER sont impliqués dans la production des aimants de la machine.

ITER Organization, concepteur et chef d'orchestre de l'ensemble du programme, a déjà passé une centaine « d'accords de fourniture » (Procurement Arrangements) avec les agences domestiques mises en place par chacun des sept partenaires— ce qui représente près de 90% de la valeur totale de la machine et des bâtiments. Les agences domestiques, à leur tour, lancent des appels d'offre auprès des industriels de leur pays (plus de 2 800 contrats de conception ou de fabrication signés à ce jour). 

En Europe, en Asie, sur le continent américain, les usines tournent désormais à plein pour fabriquer les éléments et les systèmes du plus grand Meccano du monde — un million de « composants », plus de dix millions de pièces... Les premières livraisons sont arrivées sur le site au troisième trimestre 2014 ; des charges exceptionnellement lourdes ont déjà été acheminées vers le chantier ITER depuis les différentes agences domestiques—le rythme de ces livraisons va s'intensifier dans les années qui viennent.

Des photos des fabrications en cours dans les usines des membres d'ITER sont disponibles ici.