Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • In the vast hall of the VTT Technical Research Centre of Finland, a 10-ton divertor cassette mockup has just been successfully inserted into a replica of the ITER vacuum vessel ... just as delicately as a model ship gets inserted inside a bottle.

    Comme un bateau dans une bouteille

    À Tampere, une petite ville de Finlande à plus de deux heures de route au nord d'Helsinki, une opération capitale pour ITER est en train de se dérouler. Venus [...]

    Read more

  • In front of the tokamak mockup in the Visitors Building — probably the most complex machine ever designed.¶

    800 visiteurs dans le "saint des saints"

    Chaque année, plus de 17000 personnes sont accueillies sur le site d'ITER. Mais parmi elles, bien peu ont l'occasion d'accéder au Saint des saints — la dalle d [...]

    Read more

  • Noriaki Nakayama, the Japanese Minister of Science and Technology, and Janez Potočnik, the European Commissioner for Science. Nearly two years of negotiations were necessary to decide which of the sites proposed by Europe or Japan would host the ITER Project.

    28 juin 2005: l'heure du choix

    Le 28 juin 2005, il y a tout juste dix ans, ITER trouva enfin un toit. A Moscou, où les ministres et vice-ministres des partenaires du programme s'étaient réun [...]

    Read more

  • The visible Universe is nearly entirely made up of plasma. Because very hot plasmas create the conditions where atoms can fuse, for more than 50 years physicists have worked to understand this "fourth state of matter" in order to control — and exploit — its potential.

    Plasmas : la matière dans un drôle d'état

    Le moins connu des quatre états de la matière est aussi, paradoxalement, le plus répandu: 99,99% de l'univers visible — les étoiles, le milieu intergalactique. [...]

    Read more

Mag Archives

B. Bigot: " Une seule entité, un but commun "

Pour Bernard Bigot, qui a pris ses fonctions le 5 mars 2015, ITER forme un tout, qui doit être pensé et géré comme tel. (Click to view larger version...)
Pour Bernard Bigot, qui a pris ses fonctions le 5 mars 2015, ITER forme un tout, qui doit être pensé et géré comme tel.
Après l'ambassadeur Kaname Ikeda (2006-2010) et le physicien Osamu Motojima (2010-2015), tous deux japonais, un troisième directeur général, français cette fois, a été nommé à la tête d'ITER Organization le 5 mars 2015.

Bernard Bigot, 65 ans, qui a dirigé et développé pendant douze ans la recherche nucléaire en France, d'abord comme Haut-commissaire à l'Energie atomique puis en tant qu'Administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), était également, depuis 2008, le haut-représentant pour l'accueil en France du programme ITER.

Directeur de cabinet de la ministre déléguée à la Recherche et aux nouvelles technologies, Claudie Haigneré, de 2002 à 2004, il avait joué un rôle clé dans la promotion de la candidature du site de Cadarache.

Familier d'ITER, de ses enjeux et de ses problématiques, Bernard Bigot a pris ses fonctions au moment où s'ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire du programme : la montée en puissance de la construction sur le site de Saint-Paul-lez-Durance et celle de la fabrication des composants de l'installation et de la machine dans les usines des pays membres.

« Plus de 7 milliards d'euros sont aujourd'hui engagés dans ces activités, explique le nouveau directeur général. Nous devons donc créer les conditions d'une gestion efficace et intégrée de l'ensemble du programme ITER. »

Car le programme ITER forme un tout, qui doit être pensé et géré comme tel. « Que l'on appartienne à 'l'Équipe centrale' d'ITER Organization, ici à Saint-Paul-lez-Durance, ou que l'on travaille pour l'une des sept Agences domestiques des membres d'ITER, nous devons fonctionner comme une seule entité, tendue vers un but commun. »

Cette profession de foi se traduit déjà dans les faits : mise en place d'un Comité exécutif associant la direction de l'Équipe centrale et celles des différentes agences domestiques ; créations d'équipes-projet mixtes ITER Organization-Agences domestiques, etc.

« Je ne minimise pas les difficultés, confie Bernard Bigot, mais elles sont d'une nature industrielle et organisationnelle beaucoup plus que scientifique ou technologique. Les enjeux de la fusion sont tels que nous n'avons pas le droit de ne pas réussir. »