Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@
Les pays membres

En bref

 (Click to view larger version...)
Les membres d'ITER (la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis) ont mis en commun leurs ressources pour réaliser une grande ambition : reproduire sur Terre l'énergie illimitée qui alimente le Soleil et les étoiles.

L'Accord ITER, conclu par les signataires en 2006, stipule que les sept membres partagent le coût de la construction, de l'exploitation et du démantèlement de l'installation. Ils partageront également les résultats expérimentaux ainsi que toute propriété intellectuelle générée par la phase d'exploitation (d'une durée de vingt ans).

L'Europe assume la plus grande partie du coût de construction de l'installation (45,6 %); la part restante est assumée de manière égale par la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis (9,1 % chacun).

La contribution des membres se fait essentiellement « en nature », sous forme de fourniture à ITER Organization des bâtiments, pièces et systèmes de l'installation, les transferts financiers ne représentant que 10% de leur contribution.

Cette participation « en nature » permet au tissu scientifique et industriel de chacun des membres de se préparer à aborder l'étape suivante—la conception et la réalisation, d'ici le milieu de ce siècle, de prototypes de réacteur conçus pour produire de l'électricité à échelle industrielle.

Pour tous les pays ou groupes de pays membres d'ITER, les bénéfices potentiels de leur participation sont importants : contribuant à une partie seulement des coûts de construction, ils accèdent à la totalité des résultats scientifiques.

Tandis que la construction de l'installation progresse sur un site de 42 hectares à Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône), les éléments et les systèmes de la machine sont en cours de fabrication sur trois continents. Les livraisons de ces fournitures en nature ont commencé au mois de janvier 2015 et se poursuivront tout au long des cinq années qui viennent. Leur intégration dans la machine se fera en fonction de séquences de montage prédéfinies.

Les sept membres du programme international ITER se sont dotés d'agences domestiques qui assurent l'interface entre les gouvernements nationaux et ITER Organization. Ces agences emploient leur propre personnel, gèrent leur propre budget, et contractent directement avec l'industrie. La communication entre l'équipe centrale d'ITER Organization (Central Team) et les agences domestiques est facilitée par des systèmes très performants—outils d'ingénierie collaborative, équipes projet intégrées, outils de communication sophistiqués. La langue de travail du programme ITER est l'anglais.

Les membres d'ITER sont issus de trois continents et représentent plus de la moitié de la population de la planète et 85 % de la production de richesse mondiale. Dans les bureaux d'ITER Organization à Saint-Paul-lez-Durance ; dans les agences domestiques créées par les membres d'ITER ; dans des laboratoires et dans l'industrie plus de 2 000 personnes sont engagées dans le programme ITER.

ITER Organization a également conclu deux accords de coopération technique avec des pays non-Membres : l'Australie en 2016 (au travers l'agence australienne pour la science et la technologie ANSTO), et le Kazakhstan en 2017 (au travers le centre nucléaire national du Kazakhstan).

Cliquez sur les liens ci-dessous pour voir les sites internet des sept agences domestiques.