Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • Cross-section of a niobium-tin "billet" produced in Korea for ITER's toroidal field coils. Billets are drawn down to strands of less than one millimetre in diameter to form the building blocks of the superconductors. © Peter Ginter

    Supraconductivité : le courant passe...

    Pour confiner le gaz très chaud (le plasma) dans lequel se produit la réaction de fusion, un tokamak met en œuvre d'intenses champs magnétiques, générés par de [...]

    Read more

  • Le « Soleil » ITER réchauffe l'économie

    Depuis 2007, le chantier ITER, les aménagements de toute nature qui l'accompagnent et les services auxquels ont recours les principaux acteurs du programme ont [...]

    Read more

  • 14,000 m³ of concrete, 3,600 tons of rebar, 8 months of work—the "floor" of the Tokamak Complex was finalized on 27 August 2014.

    Dernière coulée et première livraison

    Double symbole en cette fin d'été 2014: le 27 août, on finalisait le «plancher» du Complexe Tokamak; le 4septembre, ITER réceptionnait les premières pièces de [...]

    Read more

  • By reflecting the hues of the passing seasons, the mirror-like stainless steel will express, according to ENIA, "the precision of the research work being performed inside of the buildings."

    Miroir, génie du miroir...

    Pour insérer les bâtiments d'ITER dans le paysage, quelle est la marge d'intervention d'un architecte? Changer leur morphologie? Impossible: c'est la fonction, [...]

    Read more

Mag Archives

Portes ouvertes pour 1 300 visiteurs

Quand les travaux d'aménagement de la plateforme ont commencé, il y a un peu de plus de sept ans, ITER était encore un mystère pour la plupart des habitants de la région.

Depuis, plus de 70 000 visiteurs ont été accueillis sur le site. ITER n'est plus cet « Ovni », qui fascinait autant qu'il inquiétait : pour les habitants de la région, ITER s'inscrit désormais dans la réalité concrète et quotidienne.

Quel que soit leur âge et le niveau de leurs connaissances scientifiques et techniques, les 1 300 visiteurs accueillis lors de la Journée Portes Ouvertes du 4 octobre ont pris la mesure de l'ampleur du programme, de ses défis et de ses enjeux. (Click to view larger version...)
Quel que soit leur âge et le niveau de leurs connaissances scientifiques et techniques, les 1 300 visiteurs accueillis lors de la Journée Portes Ouvertes du 4 octobre ont pris la mesure de l'ampleur du programme, de ses défis et de ses enjeux.
Ce changement était perceptible, le 4 octobre, lors de la cinquième Journée Portes Ouvertes organisée depuis 2009.

Les quelque 1 300 visiteurs qui avaient répondu à l'invitation se sentaient visiblement « chez eux », n'hésitant pas à poser les questions qui leur tenaient à cœur — sur les retards dans le calendrier, les « chances de succès », l'impact du programme sur l'économie et sur l'emploi.

Quel que soit leur âge et le niveau de leurs connaissances scientifiques et techniques, tous prenaient la mesure de l'ampleur du programme, de ses défis et de ses enjeux.

Pour les physiciens et les ingénieurs d'ITER, volontaires pour accueillir le public et lui expliquer l'extrême complexité du programme — depuis l'articulation entre les différents partenaires jusqu'au fonctionnement de la machine — l'expérience s'est révélée particulièrement enrichissante : les questions posées ne sont pas toujours celles qu'on attend mais elles permettent de comprendre comment le public perçoit ITER et ce qu'il en attend.

Les médias locaux ont accordé une large couverture à l'événement. Le quotidien La Provence en a résumé l'esprit, le lendemain, en titrant à la Une : « Le public a embrassé le programme ITER » — manière de direqu'après s'être longtemps interrogé, il se l'était approprié.

Cliquer ici pour le reportage de France 3, ici pour l'article de La Provence, ici pour un reportage photo sur la Journée Portes Ouvertes...