Lettres d'information

Choisissez ce que vous souhaitez recevoir :


Merci de renseigner votre adresse de messagerie électronique :

@

Actu & Médias

Egalement dans ce numero

  • The number of visitors has been steadily increasing since 2007, with over 67,000 cumulative visitors to the site.

    Près de 15 000 visiteurs en 2013

    Près de 15 000 visiteurs ont été accueillis sur le site ITER en 2013. L'organisation de ces visites est assurée par ITER Organization (ITER Visit Team) et par l'Agence Iter France, cette dernière se consacrant particulièrement aux populations scolaires. [...]

    Read more

  • For approximately ten hours a continuous flow of concrete poured from two long pumps—800 cubic metres in all for a corner of the basemat that measures 21 x 26 metres.

    Du béton tiède dans l'aube glacée

    Bien avant l'aube, le 11 décembre dernier, les premiers mètres-cubes de béton ont été coulés sur la dalle du Complexe Tokamak («B2 slab»). [...]

    Read more

  • English—the official working language of the ITER Organization—is the native language of just 15 % of staff. But to truly understand one another, a common language is not sufficient.

    35 nations, 40 langues, quelle culture?

    Sur les rives de Durance, à mi-chemin d'Aix-en-Provence et de Manosque, une petite communauté s'est créée — un demi-millier de personnes, venues de 35 pays avec leur langue, leur culture, leurs habitudes de vie et leurs méthodes de travail. [...]

    Read more

  • The Tore Supra tokamak, at the French research centre CEA Cadarache, is undergoing a profound transformation to become a test bed for the ITER tungsten divertor.

    Ils se lèvent tous pour ITER

    Dans sa quête de l'énergie de fusion, ITER ne chemine pas seul. D'autres tokamaks, en Europe, aux Etats-Unis, en Corée, au Japon, travaillent en éclaireurs, balisant le terrain qu'ITER commencera à explorer dans moins de dix ans. [...]

    Read more

Mag Archives

Chaud devant!

-Robert Arnoux

Cette magnifique image est celle d'un plasma dans le tokamak coréen KSTAR, mis en service en 2008. Les zones qui apparaissent surexposées ne sont pas les plus chaudes: à 150 millions de degrés, le plasma ne rayonne pas dans la lumière visible et c'est au cœur des deux ''D'' inversés que la température est la plus élevée. © National Fusion Research Institute Korea (Click to view larger version...)
Cette magnifique image est celle d'un plasma dans le tokamak coréen KSTAR, mis en service en 2008. Les zones qui apparaissent surexposées ne sont pas les plus chaudes: à 150 millions de degrés, le plasma ne rayonne pas dans la lumière visible et c'est au cœur des deux ''D'' inversés que la température est la plus élevée. © National Fusion Research Institute Korea
Dans les profondeurs du Soleil, où les réactions de fusion prennent naissance, la température atteint 15 millions de degrés centigrades. Au cœur du plasma d'ITER, elle sera de l'ordre de 150 à 300 millions de degrés.

Comment imaginer un tel environnement ? Et dans quelle enceinte contenir un milieu dix, voire vingt fois plus « chaud » que le cœur du Soleil ?

Pour répondre à ces questions, il faut d'abord comprendre ce qu'est la température. Aux yeux du physicien, la température ne mesure pas seulement le « chaud » et le « froid » — elle rend compte de l'énergie des particules (noyaux, atomes, molécules) qui constituent un objet ou un environnement. Et c'est la vitesse à laquelle ces particules se déplacent qui détermine l'énergie dont elles sont animées.

Ainsi de l'eau : à l'état solide (glace) les molécules sont peu mobiles, la température est basse ; quand celle-ci s'élève, l'agitation des molécules augmente, l'eau devient liquide. Que la température augmente encore et les molécules seront animées de vitesses de plus en plus rapides — l'eau passera de l'état liquide à l'état gazeux sous forme de vapeur d'eau.

Si la température à la surface du Soleil est de l'ordre de 6 000 degrés, elle atteint 15 millions de degrés en son cœur, là où, dans un milieu d'une extrême densité, les réactions de fusion prennent naissance. Pour réaliser la fusion dans un tokamak, il faut porter le plasma (très peu dense) à des températures au mois dix fois supérieures. © SOHO-NASA-ESA (Click to view larger version...)
Si la température à la surface du Soleil est de l'ordre de 6 000 degrés, elle atteint 15 millions de degrés en son cœur, là où, dans un milieu d'une extrême densité, les réactions de fusion prennent naissance. Pour réaliser la fusion dans un tokamak, il faut porter le plasma (très peu dense) à des températures au mois dix fois supérieures. © SOHO-NASA-ESA
La température toutefois, n'est pas la « chaleur ». Prenons l'exemple de ce qu'on appelle improprement un « néon », c'est-à-dire un tube fluorescent contenant un gaz (néon, argon, vapeur de mercure...) excité par une décharge électrique. Au sein du tube, la température du gaz est très élevée, de l'ordre de 10 à 15 000 degrés. Or, au toucher, un « néon » est presque froid.

Ce paradoxe s'explique par la très faible densité du gaz contenu dans le tube fluorescent. Pour transmettre de la chaleur d'un milieu vers un autre, il faut de la densité et plus celle-ci est élevée, plus grande sera la quantité de chaleur transférée. Une barre de fer exposée au grand soleil pourra être brûlante au toucher ; dans les mêmes conditions, un bout de bois, beaucoup moins dense, ne le sera jamais.

Fusion, mode d'emploi
Pour obtenir une réaction de fusion, on placera dans un récipient (la chambre à vide) une toute petite quantité d'un mélange gazeux composé à parts égales de deux isotopes de l'hydrogène, le deutérium et le tritium.
En appliquant à ce mélange une forte décharge électrique (un « claquage ») on transformera ce mélange gazeux en plasma — les électrons seront arrachés aux atomes et le milieu deviendra conducteur.
Un courant électrique circulant dans le plasma en augmentera progressivement la température. C'est le principe du grille-pain ou du radiateur électrique (le « chauffage ohmique »), qui permettra d'atteindre une température de l'ordre de 10 millions de degrés C.
Pour aller au-delà, d'autres techniques devront être mises en œuvre : le chauffage par ondes radiofréquence, comme dans un four à micro-ondes (mais les systèmes d'ITER seront 25 000 fois plus puissant qu'un modèle domestique et ils opèreront à différentes longueurs d'ondes...) et l'injection de particules de très haute énergie au cœur du plasma — un peu comme le garçon de café qui chauffe un pot de lait en soumettant son contenu à un jet de vapeur sous pression.
Ces deux dernières techniques sont chacune à même de porter le plasma à la température requise. ITER, machine expérimentale, permettra de choisir laquelle des deux est la mieux adaptée au fonctionnement d'un réacteur industriel.
Revenons maintenant au plasma d'ITER et à ses 150 à 300 millions de degrés. Le plasma est un milieu très ténu ; c'est un quasi-vide, un million de fois moins dense que l'air que nous respirons. Aux particules qu'il contient, on a imprimé par diverses techniques de chauffage (voir encadré), une formidable énergie. Les voici animées d'une vitesse prodigieuse. Lorsqu'elles entrent en collision frontale, le choc est tel que la barrière électromagnétique qui les entoure cède — la fusion des noyaux peut alors s'accomplir.

Pour une raison contraire à ce que le bon sens suggère, rien, aucun objet physique ne peut « contenir » un tel milieu, porté à une telle température. Si le plasma à 150 millions de degrés (mais très ténu) entrait en contact avec une quelconque partie de la machine, cette partie serait certes superficiellement endommagée. Mais il y aurait plus grave, et plus lourd de conséquences : le plasma, en dépit de sa température infernale, se refroidirait quasi instantanément, interdisant toute possibilité de fusion.

A cet obstacle fondamental, les « bouteilles magnétiques », dont les tokamaks sont les héritiers, ont fourni dès les années 1950 un début de solution. Dans ce dispositif, sans cesse amélioré depuis, le plasma est confiné par des champs magnétiques très intenses, générés par de puissants électro-aimants. On l'empêche ainsi de se dilater sous l'effet de sa pression interne et d'entrer en contact physique avec les parois internes de la machine.

Au cœur de la machine ITER, physiciens et ingénieurs s'apprêtent à reproduire la réaction physique qui, en alimentant le feu du Soleil, entretient depuis des milliards d'années la vie sur notre planète. Dans cette même réaction, l'humanité trouvera la ressource énergétique, inépuisable, propre et sûre, qui soutiendra son développement dans les siècles à venir.

Voir la vidéo d'un plasma dans les tokamaks JET (Europe), MAST (Royaume-Uni), JT-60 (Japon) et Tore Supra (CEA-Euratom)